urgences économiques

Bonjour mesdames et messieurs, c’est lonvi. Les urgences sont en danger. Le personnel est à bout. Ils n’en peuvent plus. Ils sont en souffrance. Il faut des mesures énergiques pour les sauver. Elles ne peuvent être qu’ économique. C’est d’ailleurs, une urgence économique. Oui, il faut supprimer des lits dans les hôpitaux. C’est pour des soins de qualités et plus de service rendu aux usagers. Il nous faut une plus grande qualité de soins pour les usagers. Il faut plus de brancards. C’est moins cher qu’un lit. Oui, économie! Economie! Il faut faire des économies. Remplaçons les lits des hôpitaux par des brancards. Et dans les couloirs, cela fera plus de place de chambres disponibles. Oui, production, production! Il faut produire plus et plus vite. Cela devrait réduire les coûts du service publique des urgences et des services hospitaliers. Néanmoins, les services d’urgences sont déjà souvent saturés.

La production de soins est un service économique comme un autre. Elle n’a peut -être pas atteint son seuil de rentabilité dans l’hôpital publique? Oui, pourquoi ne pas évoquer d’autres pistes d’économie et de productivité ? Tel cette infirmière travaillant seule auprès de 30 ou 60 personnes. Elle pourrait passer à 100 personnes. On gagnerait encore plus en productivité du personnel soignant. Et pour finir, prenons, un cas pratique . Les médecins! Ceux sont des cas d’école! Pourquoi ne travailleraient-ils pas plus de 24h de suite dans les services? C’est pour sauver des vies! Après tout, c’est un engagement, un choix de vie! Une passion au service des autres.

Vous voyez, l’hôpital est malade. Il nous faut ce plan de sauvetage. Car, on n’est pas dans une course à l’économie. Il a besoin d’un bon diagnostique, venant d’un bon médecin. Où peut-être bien d’un testament avant l’enterrement. Mais, dans ce cas, cela sera pour qui? Le patient? Le personnel soignant? L’hôpital? Où bien, pour les trois? Maintenant vous le savez. Il s’agit d’ une urgence économique. Il nous faut sauver nos hôpitaux à visage humain. Et le personnel soignant s’occupera des patients avec humanité. A bientôt pour une autre question d’économie de la santé, c’était Lonvi

Laisser un commentaire